le 16/10/2020 à 20h30, ciné-club : LA VIEILLE DAME INDIGNE

à Carolles, salle de l'Amitié, 2 route de Groussey Carolles ( proche de l'église ). Les mesures barrière seront appliquées.


Ciné-club en baie diffuse un film de René Allio (1965)"LA VIEILLE DAME INDIGNE"
 Avec Louise Pauline Mainguené dite Sylvie, VictorLanoux,
Malka Ribowska, Jean Bouise et Etienne Berry.  
C'est un bien joli film qu'a réalisé René Allio.
Un film intelligent, discret, pudique, sensible, spirituel.
Un film inattendu. Une étrange petite enclave dans la
 production cinématographique courante.
Le sujet est de Bertolt Brecht, qui on avait fait une nouvelle.
De son héroïne, Mme Bertini, Brecht écrivait : 
À bien voir les choses, elle vécut successivement deux vies.
La première en tant que fille, femme et mère, et la seconde
 simplement en tant que Mme B., personne seule, sans obligations,
aux moyens modestes mais suffisants. La première vie dura
environ soixante ans. La seconde pas plus de dix-huit mois. 
C';est cette seconde vie que nous raconte René Allio.
Le film commence à la mort du mari de Mme Bertini.
Jusqu'à ce jour, la vieille dame a vécu au milieu de ses casseroles,
de ses enfants, des mille servitudes de l'existence quotidienne.

Et voilà que brusquement elle découvre, au-delà de cet univers étroit et mesquin, un autre univers, un monde plein de douceurs,
de surprises, de joies très simples, mais qui n'ont pas de prix à ses yeux - la joie de se promener, seule et libre, dans les rues d'une grande ville,
la joie de déguster une glace à la terrasse d'un café, la joie de se payer ce que l'on s'est toujours refusé, la joie enfin d'être égoïste.
Devant ce monde féerique, Mme Bertini retrouve les émerveillements de l'enfance. Et ses gourmandises. Et ses exigences.
Pour conserver son beau jouet, elle est prête à toutes les bêtises.
René Allio a décrit avec infiniment de charme et de finesse la libération psychologique, sentimentale et sociale de cette héroïne sexagénaire.
Il a procédé par touches délicates, évitant les effets faciles, les pièges grossiers de la démonstration systématique.
Les rapports de Mme Bertini avec sa famille, avec ses fils qui l'assomment, et avec ce petit-fils pour lequel elle a une tendresse particulière, peut-être parce qu'il est, à vingt ans, l'image vivante de cette liberté, dont elle fait, elle, si tardivement l'apprentissage, ont inspiré au réalisateur des scènes, dont la justesse de ton, l'émotion en demi-teintes, rappellent, comme il l'a souligné lui-même , la sensibilité tchékhovienne.



17/07/2019 11:26

A Saint Jean le Thomas, larges horaires d'ouverture chez nos commerçants

Le Fournil de St Jean : 0233590387
Le Petit Marché : 0233488434
Le salon Nuance Création : 0233486218
En savoir plus, cliquer
 

Recherche