Expositions sur les pêcheries et les pêcheries néolithiques de Saint Jean le Thomas

Les restes des pêcheries néolithiques de Pignochet à Saint Jean le Thomas sont proches de la plage et visibles si on se place sur les enrochements en face du camping et que l'on regarde en direction du Mont Saint Michel.
L'été 2013 une exposition photographique commentée vous a été proposée lors des "Visite Patrimoine" du village.
Pour en savoir plus n'hésitez pas à visiter le musée de la Baie, à Vains-Saint Léonard qui présente une exposition et des modèles réduits des pêcheries de pierre et de bois ainsi que les autres techniques de pêche.
Une autre exposition très documentée : "Terre de pêcheries" est présentée au musée de Tatihou du 16 février au 11 novembre 2013 après avoir été présentée en 2012 à Granville.


Quelques photos de l'exposition "Terre de pêcheries" pour vous donner envie d'en savoir plus !

Reconstitution d'une pêcherie préhistorique en bois
Reconstitution d'une pêcherie préhistorique en bois
Des pieux verticaux, des renforts obliques, des gaules souples horizontales et des fagots de fougères et genêts forment un vaste triangle destiné à orienter le poisson vers un piège premettant de le capturer. Ne manquer pas de visiter L'éco-musée de Vains-Saint Léonard, cliquer ici                    
Visites du 01/07/2013 au 30/09/2013 et du  26/10/2013 au 10/11/2013
Voir aussi les photos de la pêcherie "La Maillard"
pêcheries en bois encore ne fonctionnement à Montmartin.

paroi de la pêcherie
paroi de la pêcherie

Reconstitution d'une pêcherie de bois : pieux verticaux et branchages souples
Reconstitution d'une pêcherie de bois : pieux verticaux et branchages souples

au bout de la pêcherie, la nasse, le piège ou "oeil"
au bout de la pêcherie, la nasse, le piège ou "oeil"

empreintes de pas humains dans la tangue
empreintes de pas humains dans la tangue

Outils trouvés à proximité des pêcheries

Expositions sur les pêcheries et les pêcheries néolithiques de Saint Jean le Thomas

Expositions sur les pêcheries et les pêcheries néolithiques de Saint Jean le Thomas

nasse ou barsière dans laquelle on place de petits poissons pour attirer et capturer les gros poissons
nasse ou barsière dans laquelle on place de petits poissons pour attirer et capturer les gros poissons
Extrait d'une interview de Luc Chatelais à propos de ces pièges :"La barsière (photo ci….) doit être appâtée avec du petit poisson. Ce dernier est appelé localement menuise, boëtte vive ou bet’vive, ce terme pouvant également désigner une barsière. Ce menu fretin est capturé à marée descendante avec une épuisette, la libette, dans le benâtre, la chambre terminale des la pêcherie en bois (photo ci-…). Il est ensuite transféré vivant dans la barsière, posée juste à côté des pêcheries, dans une flaque d’eau. La nasse commence à pêcher à marée montante.
Ce piège rond, de 2 mètres de circonférence, était fabriqué de façon artisanale avec de l’osier tressé sur une structure de bois et passé au goudron. Ce mode de construction traditionnelle a perduré jusque dans les années 1980. Les armatures sont, depuis, en Inox. Le bar entre dans la nasse par une entrée située au sommet de l’engin et se retrouve piégé. Il est récupéré par le pêcheur grâce à une trappe aménagée dans le fond plat de l’engin.
À Agon-Coutainville, on utilise aussi des brèmières pour capturer les dorades grises, ou brèmes. Les nasses sont ici faites de grillage et appâtées avec du poisson mort ou des morceaux de seiche...."

Une prospection difficile

Il faut fouiller à marée basse. On ne dispose que de quelques heures et le travail doit être organisé à l'avance.
Il y a 4000 ans, les hommes qui ont construits ces pêcheries devaient préparer à l'avance les pieux, les épointer, les transporter, préparer aussi les branchages et fagots de fougères et genêts. Une grande quatité de bois était nécessaire et des parcelles de bois devaient être bien entretenues pour fournir des pieux de taille régulière. Une haie de pêcherie est soumise aux agressions des vagues et des courants et doit être régulièrement réparée.
La tangue a conservé des empreintes de pas humains et de pas de bovins qui devaient être utilisés pour le transport des matériaux.

Un gros travail d'entretien et de réparation

Expositions sur les pêcheries et les pêcheries néolithiques de Saint Jean le Thomas

Les pêcheries médiévales de Champeaux couvraient environ 12 hectares.

Les pêcheries médiévales de Champeaux
Les pêcheries médiévales de Champeaux
Elles sont bien visibles du G.R. 223 entre Saint Jean et Champeaux. ne manquer pas de faire cette merveilleuse rando. à la découverte des 3 cabanes Vauban : de Saint Jean, Champeaux et Carolles.

Des textes, des lois, hier et aujourd'hui...

La législation a depuis longtemps tenté de limiter le développement et l'activité des pêcheries. Aujourd'hui on insiste sur leur intérêt archéologique, historique et aussi touristique.
Expositions sur les pêcheries et les pêcheries néolithiques de Saint Jean le Thomas

Le XXe siècle
Le XXe siècle

Expositions sur les pêcheries et les pêcheries néolithiques de Saint Jean le Thomas
Les pêcheries de pierre les plus proches de Saint Jean le Thomas sont situées à Jullouville en face du Casino et à Granville en face du Plat-Gousset.
Une association "Les Amis de la Pêcherie de la Tranchée" a remis en état, entretient et fait visiter cette pêcherie.

Merci à Cyrille Billard et à Mme la directrice du musée de Granville qui m'ont autorisée à prendre et à utiliser ces photos  prises à l'exposition "Terres de pêcheries" en 2012 à la "Halle aux Grains" à Granville.
Mise en ligne : Roberte Nourrigat
 
Lu 786 fois


Recherche