Ornithologie aux alentours de Saint Jean le Thomas

En vacances dans notre village, biologiste, amoureux des oiseaux, capable de se lever avant l'aube pour pouvoir les observer, de faire le guet de longues heures pour les voir sans les déranger, François Livet veut bien nous faire partager sa passion.


Cygne parfois visible sur le marais entre St Jean et Dragey
Cygne parfois visible sur le marais entre St Jean et Dragey
  • A l’heure où l’on évoque souvent les problèmes de biodiversité, celle des oiseaux fait vitrine : c’est le groupe animal le plus aisément observable en France, à toute époque de l’année.
  • Pour découvrir ou approfondir ses connaissances relatives aux oiseaux, Saint Jean le Thomas et ses environs m’ont paru particulièrement agréables et efficaces, surtout pendant les périodes printanière ou automnale des migrations.
  • Passons donc en revue les principaux points d’observations : je me limiterais à ceux que l’on peut joindre en 15 minutes de voiture maximum, tant au Nord du village qu’au Sud.

Canard colvert femelle
Canard colvert femelle
Ces lieux bénéficient évidemment de l’immense estran de la baie du Mont St Michel : attention aux horaires des marées ! C’est le seul impératif pour pouvoir bien observer les échassiers, limicoles et canards, à toute heure de la journée. En effet, beaucoup d’oiseaux se nourrissent d’algues côtières ou de mollusques et vers marins enfouis dans le sable et la vase, et ceux-ci ne sont disponibles que lorsque la profondeur de l’eau est faible ou nulle.

Canard colvert mâle
Canard colvert mâle
  • A marée haute, la nourriture n’est pas disponible. A marée basse les étendues découvertes sont très vastes et la faune aviaire est beaucoup trop dispersée et lointaine pour l’observateur. Il faut donc , muni de jumelles ou, mieux encore, d’une longue vue , se rendre au bords des plages entre deux heures avant et deux heures après la marée haute : les oiseaux sont alors plus proches.
  • Pour les oiseaux des milieux terrestres, c’est au contraire, l’heure de l’observation qui importe : c’est toujours mieux tôt le matin !

Le Groin du Sud
 
  • On peut y observer Héron cendré, grande Aigrette, Aigrette garzette, Cormoran huppé, grand Cormoran, Tadorne de Belon, Goéland argenté, Goéland brun, Goéland marin, Mouette rieuse…
  • On y parvient en voiture, puis à pied jusqu’à dominer l’estuaire en se positionnant sur les rochers.

Aigrette garzette
Aigrette garzette

grande Aigrette
grande Aigrette

Goeland argenté
Goeland argenté

Mouette rieuse
Mouette rieuse

Genêts
 
  • A pied, prendre le sentier littoral vers le Sud : il est bien indiqué. On domine une roselière où l’on pourra observer les oiseaux inféodés à ce milieux : Rousserolle effarvatte, Phragmite des joncs, Bouscarle de Cetti, Gorge bleu à miroir, Panure à moustache, Bruant des roseaux…
  • Une mare permet de rencontrer quelques limicoles comme les Chevaliers gambettes, Chevaliers guignettes…
  • Derrière la « maison de la baie », les « prés salés » offrent la vision des Tadornes, Aigrettes, Hérons, Faucons crécerelles et pèlerins, …
n

Canard tadorne
Canard tadorne

Héron cendré
Héron cendré

 
Le Bec d’Andaine
 
  • Plus proche de St Jean le Thomas, cette zone montre des dunes sableuses et les plages de la baie où se nourrissent les oiseaux limicoles : très nombreux Courlis cendrés, Barges à queue noire en migration, Bécasseaux variables et minutes, sanderling, Pluviers argentés, Gravelots à collier interrompu, petits et grands Gravelots… s’y ajoutent de nombreux Laridés (Goélands argentés et marins…)
  • On peut accéder à ces plages, soit à partir du parking, soit en empruntant les petites routes, qui se trouvent plus au Nord, plus proches de St jean le Thomas.

Bécasseau violet
Bécasseau violet

Courlis cendré
Courlis cendré

Saint Jean le Thomas

 Prospectez les bords de plages, les Bernaches cravants y passent l’hiver et bien d’autres espèces déjà citées ; Les rochers découverts à marée basse offrent provende aux Corneilles noires, Tournepierres, Bergeronnettes grises, Martins pêcheurs… et on y retrouvera les Limicoles et Laridés visibles en baie du Mont St Michel. 

L'envol des bernaches vu et enregistré par Christian Bouhon

Bernaches cravant à la cale de St Jean le Thomas
Bernaches cravant à la cale de St Jean le Thomas

 

les mêmes en vol
les mêmes en vol


Pour voir et entendre les bernaches nonnettes

Cette espèce, assez rare en baie du Mont Saint Michel, s'exprime à peu près comme notre oie bernache cravant !

Avec Vincent Bouhon du "cercle de nature" écoutez les bernaches cravant en cliquant ici

Vous pouvez aussi les voir et les entendre au Bec d'Andaine


hhttp://www.lecercledenature.be/index.php?option=com_content&view=article&id=645#diapo

les mêmes de plus près
les mêmes de plus près

  • Quelques 500 000 oiseaux migrateurs effectuent leur déplacement automnal en passant au dessus des falaises de Carolles, inscrites au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.
  • La Réserve Ornithologique de Carolles, créée en 1989 sur 18 ha, montre une station de baguage (les filets de capture sont visibles) interdite au public.
  • Les ornithologues du GONm (Groupe Ornithologique Normand) effectuent le comptage des oiseaux en migration dans le cadre de la « Mission Migration » qui coordonne les données de plusieurs points de France (dont la Corse par exemple).
  • Du haut des falaises, on observe aussi les oiseaux marins côtiers et pélagiques en toute saison : deux espèces de Cormorans, Fou de Bassan, Puffin des Baléares, Sternes variées, Guillemot de Troïl, Pingouin Torda…De quelques 5000 (en hiver) à 10 000 (en été), Macreuses noires qui nagent et plongent au large.

Carolles

Prendre la route de St jean le Thomas à Carolles, tournez à gauche, avant Carolles, vers la « Cabane de Vauban » et stopper au parking.
  • En Automne, les migrations réservent des moments magiques pour peu que le vent souffle du Sud et que l’on arrive à l’aube ou peu après : des centaines de passereaux volent en groupes à 10 ou 20 mètres au dessus de l’observateur : ce spectacle peut durer jusque vers le milieu de la journée ! Les espèces les plus communes sont les Pinsons des arbres, Pinsons du Nord, Pouillots véloces, Pigeon colombins et ramier, Linotte mélodieuse, Grives variées, Bec croisé des sapins…
  • Quelques espèces plus rares surprennent : Faucon pèlerin, Phragmite aquatique, Pipit de richard, Pipit rousseline, Pipit à gorge rousse, Torcol…

Chevalier gambette
Chevalier gambette

Pouillot véloce piégé pour baguage
Pouillot véloce piégé pour baguage

  • Dans les Landes, on peut voir les Fauvettes pitchou, babillarde, grisette, les Bruants zizi, Bruant jaune, Troglodyte, Mésange à longue queue, Hypolaîs polyglotte.
Pour cela, prendre le sentier côtier et descendre, côté Nord, dans la vallée du Lude. On peut remonter le sentier jusqu’à Carolles même, où la « promenade des peintres » offre un merveilleux spectacle au printemps, fort de ses nombreux Rhododendrons et Magnolias en fleurs : les couleurs vont du blanc au rose ou bleu en nuances variées.
  • Les oiseaux de futaie et de taillis s’y trouvent, accompagnant les Hêtres et Charmes : Pics vert, Pic épeiche, Sittelle torchepot, Grimpereau des jardins, Pinsons des arbres, Mésanges bleue, charbonnière et nonnette…
On peut aussi, de la vallée du Lude, remonter par la forêt vers la cabane de Vauban jusqu’au parking et effectuer ainsi une boucle.

La mésange bleue
La mésange bleue

Le marais entre St Jean et Dragey
Le marais entre St Jean et Dragey
Des mammifères marins sont aussi de passage : Phoque veau marin, Dauphin, Globicéphales…

Entre mer, falaise et marécage, un séjour d’ornithologue aux environs de Saint Jean le Thomas est toujours un plaisir !
Et les observations ne nécessitent pas de gros déplacements : au maximum 15 km vers le Sud et 5 vers le Nord à partir du village !
Voir aussi les photos offertes par Didier lavadoux, cliquer ici
Voir aussi le gravelot à collier interrompu et l'hirondelle de rivage, cliquer ici
Pour s’informer :
Guides de détermination d’oiseaux
Les oiseaux d’Europe, d’Afrique et du Moyen-Orient
( Lars Jonsson) édit. Nathan
Le guide ornithologique ( Lars Svensson, Killiam Mullarney, Dan
Zetterström, Peter j. Grant); éditeur Delachaux et Niestlé
Le groupe ornithologique normand, ou GON nous renseigne sur les oiseaux,  En savoir plus sur le GON
Se renseigner sur les migrations des oiseaux, cliquer


Mise en ligne : Roberte Nourrigat .Lu 2570 fois
Consultez: migration des oiseaux
et le groupe ornithologique normand

Contacter par e-mail la maison de l'oiseau migrateur
 
  • Texte et photos: François LIVET
  • Mise en ligne: Roberte Nourrigat
  • Un grand MERCI à François Livet!
Lu 1758 fois


Recherche