Hommage à Federico Garcia Lorca

Exposé de Christian Bié le 4 novembre 2016. Organisé par " les Amis de la Bibliothèque "




SA VIE

Il est issu d’une famille andalouse aisée et libérale Son père, Federico García Rodríguez, est propriétaire terrien, et sa mère, Vincenta Lorca Romero, est maîtresse d’école.
Ses frères et soeurs :
Aîné de cinq enfants  : Luis, né ne 1900, mort en 1902, Francisco, né en 1902, Conceptión, dite Concha, née en 1903, et Isabel née en 1909.
Son nom de baptême : Federico del Sagrado Corazón de Jesus
Petite enfance
 Habitué  à vivre librement  à la campagne il gardera de son enfance  un souvenir très fort  qui irriguera son œuvre poétique  et théâtrale.
Il est depuis sa naissance très entouré par les soins de grand-mère Isabel  Rodríguez  et de ses tantes dont la  tía Isabel  qui veillent sur lui avec tendresse et sollicitude et l’ ’initient à la musique et à la poésie à travers  les berceuses, et les romances.


A l’âge de dix ans,Il reçoit en cadeau, un théâtre de marionnettes, où il donne des représentations pour sa famille et ses amis.1908-1909
Dès l’âge de dix ans, il étudie le piano et l’harmonie. Il est envoyé à Almeria pour commencer ses études  secondaires auprès d’Antonio Rodríguez Espinosa. Son séjour est brutalement interrompu suite à une grave maladie de la gorge qui l’oblige à regagner la maison familiale.
Jeunesse 1909 - 1919
En 1909 : Sa famille se fixe à Granada où il reste jusqu’en 1919.
Les études
Il fait ses études secondaires au Collège du Sacré Cœur et devient bachelier en 1914. Il poursuit des études supérieures à l’Université de Granada en lettres et en droit pour faire plaisir à son père. Par goût il étudie aussi  la philosophie et surtout la musique.
A partir de 1915
Il fréquente assidûment le café Alameda. C’est là qu’il constitue un petit groupe avec des amis intellectuels et artistes :
Le Rinconcello
Le café Almadela se situe sur cette place vers la droite. Pendant cette période, il apprend la musique : guitare et surtout piano sours la direction d'Antonio Segura Mesa. Il projette d'aller étudier la musique au Conservatoire de Paris, mais à la mort de son maître de musique en 1915, il renonce à poursuivre des études musicales.

En 1916 - 1917  :  il effectue en compagnie de quelques condisciples des voyages d'étude organisés par Martin Dominguez Berrueta " professeur de Théologie des Arts et de la Littérature à l'université de Granada".
Entre le 8 et le 16 juin 1916 il visite en Andalousie : Baeza, Ubeda, Cordoba et Ronda.
Puis du 15 octobre au 8 novembre, il visite en Castille Avilla, Salamanca, Valladolid, Burgos et va jusqu'en Galice.
En 1917 il retourne à Baeza au Printemps et à Burgos en été et automne.
Début 1918, il publie à compte d'auteur son premier livre : " Impressions et Paysages " ouvrage en prose inspiré des notes prises au cours de ses voyages d'étude :
                                                                         Sans succès !!!
1917 :  Il publie son premier texte
dans une revue de Granada : « Fantaisie symbolique, une prose théâtrale », texte dialogué. Il écrit son premier poème : « Les rencontres d’un escargot amoureux », sous forme dialoguée.

Début 1918 : publie à compte d’auteur son premier livre : Impressions et Paysages ouvrage en prose inspiré des notes prises au cours de ses voyages d’étude.
Sans succès !!!

Fin du prologue :
" Le rideau se lève. L’âme du livre va être jugée. Les yeux du lecteur sont deux petits génies qui cherchent les fleurs spirituelles pour les offrir à ses pensées. Tout livre est un jardin. Heureux celui qui sait le cultiver et bienheureux celui qui coupe ses roses pour en nourrir son âme ! … Les lampes de l’imagination s’allument en recevant le baume parfumé de l’émotion. Le rideau se lève. "

Mai 1918

Il se rend à Madrid pour la première fois, découvrant ‘El Ateneo’, centre culturel qui lui permet de faire la connaissance d’artistes, d’intellectuels et d’écrivains, qu’il retrouvera ensuite au long de son propre parcours : Dámaso Alonso, Ángel del Río, Guillermo de Torre, Pedro Salinas et Gerardo Diego.

Printemps 1919
Il quitte définitivement Granada pour Madrid. Pourquoi quitter Granada ? Deux bonnes raisons :
 Il abandonne ses études de droit qui ne l’intéressent pas ; il préfère la musique.
 Il a de plus en plus de difficulté à cacher à ses proches son homosexualité.
 


 22 mars 1920 : El maleficio de la mariposa
Première pièce de théâtre représentée au théâtre Eslava de Madrid. Pièce en vers : parabole sur la frustration, l’amour et la mort, mettant en scène des insectes : cafards, fourmis scorpions. Seulement 4 représentations ! ECHEC ! Pour lire un extrait du prologue de cette pièce, cliquer ici

1921 :  il revient en Andalousie de temps en temps… Avec Manuel de Falla, musicien d’origine andalouse, installé à Granada, il organise le premier festival de cante jondo , ou « chant profond », compose le recueil « El poema del cante jondo », achevé en novembre 1921, et qui ne sera publié qu’en 1931.
Pour lire le poème : le printemps, cliquer ici

1922
  • en février : conférence sur le « cante jondo »
  • en Juin : Concours du « cante jondo » avec Manuel de Falla.
  • Pendant l’été à Séville,  achève une pièce destinée au théâtre de marionnettes : Don Cristobal et Rosita
  • 6 janvier 1923
  • Le jour des Rois, un spectacle de marionnettes est donné dans la propriété familiale des Lorca pour un public d’une centaine d’enfants et d’amis. Les frères et sœurs participent à la séance ; Laura de los Ríos et Isabel García Lorca chantent en solistes,  tandis que Manuel de Falla dirige un petit orchestre de chambre.

1923 : Arrivée au pouvoir du dictateur Primo de Rivera
… qui y restera jusqu’en 1930 !
Eveil politique de Federico, qui obtient sa licence de droit à l'universit de Granada.

Il a un grand intérêt pour la musique…et  recueille de vieilles chansons  populaires andalouse.

Ecouter " Las tres morillas de Jaen " , cliquer ici

 

1924  :
  • Amitié avec les poètes Jorge Guillén et Rafael Alberti
  • Première version de la pièce Mariana Pineda Pièce de théâtre inspirée par cette héroïne libérale du XIXème, exécutée en 1831, à Granada, à l'âge de 26 ans.
1925 :
 Il passe la semana santa à Cadaqués avec Salvador Dalí, et il écrit « La balade de Buster Keaton » courte pièce théâtre surréaliste : Dans un paysage onirique, Buster Keaton se promène à bicyclette, rencontrant des personnages aussi farfelus qu'étranges, tels qu'un noir mangeant son chapeau, une américaine aux yeux de celluloïd, une jeune fille à tête de rossignol.







 

En 1928, crise sentimentale avec Dali qui part à Paris avec Luis Buñuel :
Le chien andalou
Rédige l’ode au très Saint Sacrement
En décembre : conférence sur « les berceuses » à Madrid

Une berceuse triste
Lorca y La Argentinita - Nana de Sevilla (original) 1931.wbm

1929 : Une pièce de théâtre : Les amours de Dom Perlimplin avec Bélise en son jardin, écrite entre 1924 et 1929. Pièce jugée immorale et interdite par le gouvernement de Primo de Rivera

Il quitte l’Espagne le 11 juin, Visite Paris, Londres, Oxford, puis s’embarque sur le paquebot Olimpic… frère jumeau du Titanic
Août–septembre dans le Vermont.

1929-30 : Voyage en Amérique
 Départ pour New York le 19 juin. Arrivée le 28 juin.  Etudiant  à l’Université de Columbia .Commence à écrire des poèmes dès juillet : « Un poète à New York »,  recueil de poèmes, publication posthume en 1940, où il dénonce la civilisation urbaine et mécanisée.


En 1930, entre New York et Cuba,
Il écrit la pièce « Le public » qui ne sera jouée pour la première fois qu’en … 1986 ! Et à Milan. Pièce surréaliste sur l’homosexualité et le théâtre contemporain
Retour à Madrid en 1930,
Fondation de la troupe de théâtre universitaire « La barraca » présentée officiellement en 1932.
Sa mission est de participer au développement de la culture en milieu rural , par le théâtre.
Le répertoire est classique :
Tirso de Molina, Lope de Vega, Calderon, Cervantes,… et ses propres pièces. A l’occasion des tournées en province, il rencontrera le poète Miguel Hernandez, à Alicante, et l’écrivain Miguel de Unamuno, à Palencia..
1931
 Le 14 avril : déclaration de la République.  Federico défile à Madrid avec la foule en liesse.  En mai : Publication du « poème du cante jondo »  Création à Madrid de la pièce : La zapatera prodigiosa Farce simple, de ton classique, sur les traces de Cervantes, Goldoni, ou Beaumarchais.  « La cordonnière prodigieuse » représente toutes les femmes du monde, et aussi l’âme humaine »
Asi que pasen cinco años
Pièce de théâtre en trois actes, achevée le 19 août 1931 ;  Elle ne fut représentée en Espagne, qu’en mars 1975, par les élèves du lycée français de Madrid ! Elle avait été représentée en France auparavant en 1959

Doña Rosita, la célibataire
 " Non, madame. Pour moi, les fleurs sentent l'enfant mort ou le métier de nonne ou l'autel de l'église. Des choses tristes. Là où l'on trouve une orange ou un bon coing, que les roses du monde s'en aillent. Mais ici ! Des roses à droite, du basilic à gauche, des anémones, des sauges, des pétunias et ces fleurs d'aujourd'hui, très à la mode, les chrysanthèmes, décoiffés comme les têtes de petites tziganes. Qu'estce que j'ai envie de voir plantés au jardin un poirier, un bananier, un cerisier, un kaki ! "

La casa de Bernada Alba (1936)
 Drame en trois actes  Publication posthume, créée à Buenos Aires, en 1945.  Cette œuvre théâtrale conte l'histoire de Bernarda Alba, femme andalouse de 60 ans, veuve de deux maris, ayant décidé d'observer un deuil très strict de huit ans. Bien que faisant la part belle aux femmes (avec la prédominance de Bernarda et de ses cinq filles), cette œuvre n'en dénonce pas moins le rôle secondaire occupé par la femme dans l'Espagne rurale du début du XX° siècle.

1936 : Elections municipales en mars 1936, Suite à un soulèvement populaire le 17 juillet, Franco, gouverneur des Canaries, prend le pouvoir le 21 juillet.















Texte et illustrations : Christian Bié
Traductions : Michel Launey
Mise en ligne : Roberte Nourrigat

Lu 371 fois


Recherche